+32 (0)497 19 90 67 penelopebyag@gmail.com
Seleccionar página
 
Mes coups de coeur sont tellement nombreux pour Bangkok que je ne sais par où commencer.
 
Difficile de définir en quelques lignes, une ville de près  de dix millions d’habitants. Porte d’entrée sur l’Asie, Bangkok est vibrante, grouillante, vivante.
Dès que l’on quitte l’aéroport de Suvarnabhumi, à bord du taxi qui nous emmène vers notre hôtel, on prend la mesure de cette ville. Immense, plantée dans une zone marécageuse, la jungle est toute proche. Des buildings côtoient des maisons de tôle croulantes sous la végétation.
 
Bientôt le centre se révèle avec son métro aérien et ses shopping à perte de vue.  Ses temples aussi. Dorés, rougeoyants sous le soleil écrasant.
 
 
Bangkok est frénétique et calme en même temps. C’est ce contraste entre agitation et recueillement qui me plaît. Se mêlent dans chaque quartier des buildings qui s’étirent vers le ciel et des lieux de culte. Tradition et modernité à chaque coin de rue. C’est ce contraste que j’aime par dessus tout à Bangkok.
 
Ce n’est pas la première fois que je pose mes valises dans la capitale thaïlandaise et chaque fois j’y fais des découvertes.
 
Comme le marché aux fleurs, découvert un peu par hasard, le spectacle y est prodigieux. Dès milliers de fleurs couvrent les trottoirs et les étales. Du jasmin, des fleurs d’un orange profond au parfum pénétrant, des roses, des fleurs éternelles, des fleurs déposées chaque jour en offrande dans  les temples bouddhistes recouvrent les trottoirs où des femmes assises à même le sol tressent et emballent ces milliers de fleurs. On les trouve partout dans les bâtiments officiels, les temples et les hotels de la ville et d’ailleurs.
 
 
 
 
 
 
Il faut se perdre dans ce quartier aux fleurs et y flâner à la nuit tombée, c’est là que l’activité y est la plus intense et le parfum le plus enveloppant.
Au détour d’une ruelle l’entree, dérobée d’une halle aux fleurs donne sur d’autres halles, le spectacle est continu, l’activité intense. Des chariots de kilos de fleurs transitent par ces marchés, des paniers, des orchidées, il semble que les fleurs du monde entier se soient données rendez vous à Bangkok.
 
 
J’aime les marchés, j’aime m’y perdre et flâner.
 
 
Bangkok est la ville rêvée pour les amoureux comme moi des marchés. J’avais jusqu’ici un peu redouté de visiter le célèbre et touristique marché flottant de Damnoen Saduak. J’aime voyager hors des sentiers battus, à l’écart des foules touristiques. Après quelques recherches, je me suis aperçue que le marché flottant de Bangkok, celui dont on a tous les images en tête, était une reconstitution d’un marché flottant traditionnel. Il n’est en rien authentique. Restait à chercher un marché traditionnel fréquenté par des thaïlandais.  Au sud de Bangkok à quinze minutes de taxi, au milieu des marécages, le marché Klong Lat Mayom se répartit de part et d’autre de la rue.
 
 
Un peu de textile et d’artisanat et des étales de fruits, de légumes, des poissons et des plats cuisinés à perte de vue agrémentent ce joli marché que les touristes n’ont pas encore trop envahi. Un bateau nous emmène à la découverte de ce mode de vie qui s’est organisé depuis des siècles sur l’eau. 
 
 
Chaque maison est construite sur des pilotis et possède son bateau, petite embarcation de bois parfois transformée en magasin ambulant.  La visite est parfaite pour découvrir cette vie particulière et traditionnelle rythmée par le son des temples. On est au milieu de la campagne, loin de la frénésie de  la ville, le bateau s’arrête dans  une plantation orchidées , le long d’un petit marché, plus intime que le précédent, un joli temple nous attire à lui, le spectacle est magique. Enchanteur.
 
 
Un des plaisirs de la Thaïlande, c’est sa cuisine. Variée, épicée, gourmande, inventive, raffinée.  Sur ces marchés, il faut prendre le temps de se poser, de goûter à ces mets et plats préparés. De retour à terre, de nombreuses tables en bois au bord de l’eau vous permettront certainement une des plus jolies pauses de votre séjour. Curry, pad thaï, mangues et riz au lait noix de coco, l’aventure vaut la peine, le plaisir est toujours au rendez vous. Je me souviens encore du parfum de ce poisson au gros sel grillé au feu de bois, accompagné d’une salade fraîche de coriandre et d’oignons rose mangé à la table partagée de quelques riverains.

 
N’oubliez pas de goûter à la bière thaïlandaise, la Chang ou la Singha. Deux bières blondes légères, idéales sous le soleil, elles font partie du charme local.
 
Autre balade au fil de l’eau, celle que j’ai découverte lors de mon dernier séjour. Bangkok est une ville d’eau dont les canaux sont alimentés par son imposante rivière Chao Praya.
 
Nous voulions visiter le Mont doré qui donne un joli point de vue sur la ville. Nous pouvions nous y rendre en taxi, en métro ou en tuk tuk, c’est le bateau que nous avons choisi. Un petit canal dérobé sur lequel circule un bateau touristique mais aussi le bateau de transport local, nous a mené jusqu’à ce joli quartier. Le nombre d’arrêts permet différentes haltes intéressantes.
 
Celle notamment à la maison de Jim Thompson à laquelle nous arrivons par l’arrière.
 
 
Elle vaut le coup d’œil et même la visite complète tant la passion de cet américain passionné par l’Asie a laissé une collection remarquable.
 
 
Retour au bateau, la balade donne un bel aperçu des khlongs, nous révèle l’arrière des maisons et nous fait découvrir la ville jusque dans ses moindres méandres. Très vite, l’arrêt du Mont doré. Le quartier accueille des temples et de jolis espaces vert.
 
Cette balade au Mont doré est un enchantement. L’ascension est paisible, un climat de sérénité s’impose dès l’entrée. La vue sur la ville est envoûtante, imposante.
Vous pourrez faire un voeu et l’accrocher à l’arbre de Boudha. Je l’ai fait.
 
 
Encore un  coup de coeur, le chinatown de Bangkok, il est un des plus grands au monde. L’activité y est incessante. Le quartier coloré,  animé,  grouillant, secret. Il faut voir Chinatown de jour et y revenir la nuit. Ou l’inverse. Il faut y manger. Y goûter des ailes de requins. La cuisine chinoise est délicieuse et bien plus riche et étendue que ce que nous en connaissons. Tentez, osez, vous allez vous régalez.
 
 
Chinatown vit en permanence. C’est un plongeon enchanteur au coeur de la Chine. Je vous laisse vous y perdre…
 
Il reste un  coup de coeur que je veux partager avec vous, un arrêt que je fais à chacun de mes voyages à Bangkok. C’est le Boudha couché au coeur du What Pho. 
 
 
Gigantesque et serein, posé dans toute sa stature, il impose dès l’entrée le respect. Faites une offrande et promenez vous dans l’ensemble de sanctuaires qui  l’entourent, posez vous quelques instants dans l’ école de massage qu’il accueille pour y découvrir le plaisir d’un massage thaïlandais. Voilà encore une expérience à vivre dans ce Bangkok traditionnel à l’écart des dizaines de shopping qui attirent chaque année les touristes du monde entier.
 
 
Voilà un petit aperçu de la première aventure de ‘Penélope by Armelle’ à Bangkok, on espère bien en partager d’autres avec vous…